Jean-Pierre Melville

Director

Né à Paris en 1917 au sein d'une famille juive, Jean-Pierre Grumbach s'engage dans la Résistance au cours de la Seconde Guerre mondiale, puis rejoint les Forces Françaises Libres. Une expérience qui va avoir une grande influence sur son œuvre à venir. C'est dans ces années qu'il adopte le pseudonyme Melville en hommage à Herman Melville dont il admire la prose. A la Libération, il réalise son premier court métrage, qu'il autofinance, tout comme son film suivant, Le Silence de la mer, un huis clos à trois personnages adapté du roman de Vercors, paru à l'époque dans la clandestinité.

L'année suivante, Jean Cocteau le contacte pour adapter Les Enfants terribles au cinéma. En 1955, il crée ses propres studios à Paris, les studios Jenner, et y réalisera tous ses films à suivre, jusqu'en 1967, année où ils seront démolis par un incendie. 1955 est aussi l'année où il réalise son premier film de gangsters (Bob le flambeur), genre dans lequel il va développer son style, un style rigoureux, qui tend vers l'épure, et qui, de film en film, penchera vers la quasi abstraction. Trois ans plus tard, en 1958, il réalise son rêve : tourner un film « américain » dans les rues de New York. Avec Deux hommes dans Manhattan, hommage au film noir américain des années 1940 et 1950 auquel il vouait une grande admiration, Melville retourne aux sources de ses influences. Le Deuxième Souffle, réalisé en 1966, marque un tournant décisif dans son style, et annonce les trois chefs-d’œuvre absolus que sont Le Cercle rouge (avec un grand Bourvil à contre-emploi), Le Samouraï (dont cette année 2017 marque le cinquantième anniversaire de la sortie), et L'Armée des ombres, bouleversant hommage à la Résistance française. Ses films, juste retour des choses, ont influencé quantité de cinéastes américains, comme Scorsese, Tarantino, les frères Coen, ou encore Michael Mann, et resteront pour la plupart comme autant de repères du renouveau du polar, genre qui semblait avoir donné tout ce qu'il avait à offrir.

Un homme complexe et taciturne, qui cachait également une face sombre, prenant par exemple plaisir à se réjouir de l'échec des films de ses confrères cinéastes, et particulièrement ceux de d'Henri Verneuil, dont il aimait pourtant le travail. Un sentiment qui finira par se retourner contre lui, puisqu'il ne se remettra jamais réellement de l'échec public et critique de sa dernière réalisation, Un flic, et décèdera, à l'âge de 55 ans, un an après la sortie de ce film austère et déroutant pour l'époque.

Bob le flambeur

Deux hommes dans Manhattan

L'Armée des ombres

Le Cercle rouge

Le Deuxième souffle

Le Doulos

Le Samouraï

Le Silence de la mer

Léon Morin, prêtre

Les Enfants terribles

Quand tu liras cette lettre

Un flic
+
Bob le flambeur

Deux hommes dans Manhattan

L'Armée des ombres

Le Cercle rouge

Le Deuxième souffle

Le Doulos

Le Samouraï

Le Silence de la mer

Léon Morin, prêtre

Les Enfants terribles

Quand tu liras cette lettre

Un flic